Shutter, Application évoluée de capture d’écrans (sur GNU/Linux)

Je fais beaucoup de captures d’écrans pour la rédaction de procédures, tutoriels (cf. ce blog;-) et autres diapositives de formation.

Gnome (je rappelle que je suis sous GNU/Linux Debian), dispose déjà d’une petite application de capture d’écrans (gnome-screenshot), qui permet en autres de faire des captures de l’écran complet, de fenêtre seule, immédiatement ou de manière programmée. La capture est soit enregistrée sur le disque dur dans un répertoire cible, soit dans le presse-papiers pour un copier/coller futur.

C’est déjà très bien, mais insuffisant, quand on veut, juste une partie de la fenêtre/écran, pouvoir faire des annotations ou des encadrés. Pour tout cela, je passais par le logiciel de retouche d’images The GIMP. Globalement la solution me convenais, jusqu’à la découverte de Shutter. Avant c’est long (capture, gimp, application cible, etc.), maintenant c’est rapide (tout en un)…

Shutter est une « application évoluée » pour la capture d’écrans. Bien entendu, il sait faire tout ce que fait l’application de base fournie avec Gnome, mais il ajoute dans les fonctionnalités qui m’intéressent :

  • Capture de sélection avec possibilité d’ajuster la sélection pendant la capture à la manière de l’outil Rectangle dans The GIMP (on peut donc ajuster les limites de la sélection avant la capture)
  • Édition de la capture dans un mini-éditeur, pour permettre par exemple l’ajout d’un encadré, du texte, des flèches, etc. ou bien de recadrer une nouvelle fois la capture
  • Enregistrement dans un fichier png (ou autres formats) dans un répertoire cible et dépôt dans le presse papiers pour une utilisation immédiate en coller.
  • etc.

Shutter : application de capture d'écrans

Pour le détail, le mieux est de visiter la section Screenshots sur le site de l’application.

Pour l’installation sous Debian Squeeze, c’est :

apt-get install shutter libgoo-canvas-perl
(et leurs dépendances)

La conclusion, c’est que j’en suis satisfait et je sens que je vais passer moins de temps dans la rédaction de procédures ou tutoriels 😉

 

Debian 6.0 alias Squeeze est sortie

Et voilà après 2 ans de développement, la nouvelle version de Debian est sortie aujourd’hui. C’est la distribution GNU/Linux que j’utilise depuis quelques mois (en remplacement de Ubuntu) et dont je suis très satisfait par son coté stabilité.
Plus d’informations : la nouvelle de la publication chez Debian ou le détail des principaux paquetages chez Distrowatch.

Avec la nouvelle année, quelques nouvelles

Nous voici donc en 2011, je vous souhaite une bonne et heureuse année 2011. J’en profite pour donner quelques nouvelles.

Tout d’abord, je suis toujours sur Debian Squeeze (la future Debian 6.0), et j’en suis vraiment content (car stable et sans problème). J’ai tout de même pris un risque en installant depuis le dépôt Experimental la version 3.3RC1 de LibreOffice en remplacement de OpenOffice.org. J’avoue que je préfère si possible utiliser un logiciel open source qui ne soit pas adosser à une structure commerciale, histoire d’éviter les aléas possibles dû à la nécessité de rentabilité.

Je viens d’accepter l’invitation du Project Managment Comittee (PMC) d’Apache Jakarta pour devenir membre de ce PMC. Concrètement, cela me permettra de suivre les discussions internes sur les projets Jakarta (en particulier sur JMeter) ainsi que les votes pour par exemple l’ajout d’un nouveau committer, d’avoir la possibilité de gérer / changer des éléments d’infrastructure comme le site web.

J’ai fait l’acquisition d’un téléphone portable Nokia N8 en remplacement de mon Nokia E72 (une sorte de cadeau de Noël). Continuer la lecture de Avec la nouvelle année, quelques nouvelles

Suite passage à Debian Squeeze

Un petit mot ce soir pour dire que mon passage à Debian ‘testing’ 6.0 alias Squeeze s’est et se passe très bien. Mon ordinateur portable se porte comme un charme, pas de problème, pas (aucun) de plantage des logiciels. On pourrait être étonné de cette stabilité sans faute, car en général avec les Ubuntu, les 1-2 premiers mois sont parfois délicats.

Ici, même si la version 6.0 ne doit sortir que vers la fin de l’année (enfin « quand cela sera prêt » selon la philosophie Debian), c’est tout de même une version qui me semble extrêmement stable.

Sinon, voici quelques commentaires supplémentaires :

  • Thunderbird 3 : son moteur de recherche (d’indexation) c’est top, surtout pour mes gigas de mails professionnels. J’en étais resté à la version 2, même si cela fait un moment que la v3 est sortie…
  • OpenJDK 6 (version open source non officielle de référence de Java 6) fonctionne bien, en particulier pour Eclipse 3.6 et JMeter (bien que ce dernier ne supporte officiellement que Sun JDK 5 ou 6)
  • Iceape (Seamonkey) version 64 bits marche très très bien sur Debian. C’est mon logiciel pour les mails et le surf perso.
  • Firefox 3.6 du dépôt Experimental fonctionne très bien, sans aucun soucis pour moi.
  • OpenOffice.org 3.2.1 c’est toujours aussi bien, surtout quand on a pris le temps d’apprendre à le connaître, par rapport à nos habitudes avec MS Office.
  • Comme il reste encore des anomalies à corriger sur Debian 6.0 (bien que j’ai pas de problème de mon coté…) il y a des mises à jour de paquetages quasiment tous les jours. C’est pas bien grave, mais cela fait genre « distribution pas finie », alors qu’elle est vraiment stable pour moi 😉
  • Mon point de regret, c’est le kernel. On est en 2.6.32. J’aurai aimé être en au moins 2.6.35 car il y a de bonnes améliorations dessus. J’ai bien essayé de compiler à la main le kernel 2.6.36 pour cette Debian (hors debian way) mais le boot ne se passe pas bien. (j’ai réussi la compilation « debian way » mais seulement pour le 2.6.32…) Tout ceci m’aidant tout de même à préparer ma certification LPIC-2 😉
  • Oracle (ex-Sun) VM VirtualBox fonctionne très bien sous Debian (et aussi sous Ubuntu). Bien que Oracle n’est pas une stratégie « open source », et que du coup l’avenir de VirtualBox soit en péril tel qu’il est aujourd’hui, c’est pour moi une vrai pépite ce logiciel qui fonctionne à peu près partout.

Que dire d’autre… Content d’être sous Debian. Sentiments de liberté et de force. Pourvu que cela dur.

./

Sortie de Ubuntu 10.10 et basculement vers Debian « Squeeze » 6.0

Aujourd’hui, nous sommes le 10/10/10, c’est le jour de la sortie de la version 10.10 de Ubuntu – une histoire de 10 donc –

Cette nouvelle version (je parle de la déclinaison Ubuntu Desktop) semble être une version 10.04 avec de meilleurs finitions. Il n’y a pas nouveautés majeures (d’ailleurs je n’ai pas trouvé la page des « nouveautés » de cette version sur le site de Ubuntu) du coté des principaux logiciels fournis (Firefox, OpenOffice, Gnome, etc.). On a toujours le nouveau thème sombre avec les icônes de fenêtres à gauche.

La nouveauté importante semble plutôt le nouveau gestionnaire Unity du coté de la déclinaison pour Netbook de Ubuntu (UNR).

Pour revenir à la déclinaison Desktop de Ubuntu, quand on regarde la liste des fonctionnalités proposées sur cette page, sincèrement, on a l’impression d’être devant un système d’exploitation « payant » tellement il semble complet et bien fait. Cette version a beaucoup d’arguments pour séduire les utilisateurs Windows à changer.

Pour ma part, je vous écrire ces lignes avec une Debian Squeeze (la futur 6.0). Ah-Oh ! Si vous suivez ce blog, vous devez savoir que j’utilise depuis environ 3 ans, Ubuntu Desktop et que je fais la mise à jour de la dernière version de Ubuntu chaque six mois. D’ailleurs, au mois d’avril dernier, j’indiquais avoir installer la version 10.04 de Ubuntu.

Cependant, je ne vous ai pas tout dit… Voici en résumé, l’histoire qui m’a amenée vers Debian. Continuer la lecture de Sortie de Ubuntu 10.10 et basculement vers Debian « Squeeze » 6.0

Le choix du système d’exploitation n’est plus stratégique, pas plus que celui du navigateur

Je me permets de relayer un article que je trouve intéressant, concernant la « guerre » des systèmes d’exploitation. Bien qu’il y a recours à certaines généralisations, il n’y a pas de fumée sans feu, et de mon point de vue, aujourd’hui, il est clair que le choix du système d’exploitation n’est plus du tout stratégique, tant pour le particulier (qui effectivement ne regarde pas la performance ou la sécurité, mais plutôt le coté « mode » et « sympa » de l’interface utilisateur, et surtout si il pourra surfer, chatter, facebooker ou twitter avec son ordinateur ou smartphone ou autres), que tant pour l’entreprise, dans laquelle le webmail devient courant, la navigateur Internet devient le point d’entrée de toutes les applications métiers (et aussi du surf perso), et que l’outil Word/Excel (Traitement de texte / Tableur) n’a pas du tout besoin d’avoir autant de fonctionnalités qu’un Office 2010.

Le choix stratégique aurait tendance à se déplacer vers le navigateur, mais heureusement, les batailles entre Internet Explorer / Firefox et dans une moindre mesure Safari et Opéra, ont clairement permit à plus de respect des standards du Web dans le navigateur et d’ouverture (en particulier le fameur HTML 5). Ce qui permet de renvoyer le choix du navigateur à un choix tactique et non stratégique.

Eclipse + Linux : le basculement des développeurs vers Linux ?

Cela fait un moment que je voulais pointer sur cet article intitulé « De plus en plus de développeurs Eclipse sous Linux« .

Je confirme de mon coté aussi cet état de fait.

Il est clair que les développeurs ont bien compris que bien souvent l’application Java/J2EE ou PHP qu’ils développent avec leur plateforme Eclipse est destinée à être mise en production vers un serveur Unix ou Linux.

Par ailleurs, j’ajouterai qu’il y a aussi (je pense) une certaine émulsion qui agit lorsqu’un développeur sous Windows, voit un développeur qui lui travaille avec Linux. Ce dernier même si il a des soucis de temps en temps avec son Linux + Eclipse, va tout simplement masquer ses problèmes et dire que son Linux est ‘carrément’ mieux que le Windows, et qu’il est super génial, chouette, etc. Éventuellement, il pourra tout de même dire qu’il y a parfois des problèmes, mais que les avantages restent supérieurs.

Dans tous les cas, le développeur qui se doit d’être curieux, va vouloir faire pareil que son collègue/copain. Et peut-être qu’il y aura ensuite un basculement durable sous Linux (ou un retour sous Windows).

On voit aussi parfois : l’installation en dual-boot, deux ou trois jours sous Linux, puis deux ou trois jours sous Windows en fonction de l’humeur, de la présence ou non du collègue, de la réussite ou non de l’installation de tel ou tel pilote de carte vidéo 3D, etc. Cela fait ‘presque’ penser à des gens qui essayent d’arrêter de fumer 😉

Pour revenir à cette émulation qui apparaît lors qu’un développeur voit un autre développeur qui bosse sous Linux, on peut s’interroger sur le « comment a-t-il basculer sous Linux ? » ce premier développeur ? Continuer la lecture de Eclipse + Linux : le basculement des développeurs vers Linux ?

Sortie de Ubuntu « Lucid Lynx » 10.04 LTS, impressions

Le 29 avril 2010 est sortie la version 10.04 de Ubuntu. C’est une version LTS, c’est-à-dire une version bénéficiant d’une durée de support allongée : 2013 pour la version Desktop et 2015 pour la version Server.

Finalement, j’ai fait l’installation de cette nouvelle version sur mon poste. Je n’ai pas fait de migration mais bien une installation avec formatage du disque car je voulais une version ‘vierge/propre’ pour la garder longtemps (le tout en utilisant ma technique). Je souhaite en effet (essayer de) garder cette version pendant la durée du support (3 ans) et donc ne pas procéder à l’installation des nouvelles versions de Ubuntu pour les années à venir. Histoire d’avoir un environnement qui ne bouge pas trop souvent.

Pour revenir sur la version 10.04, c’est un peu tôt pour faire un retour d’expérience, cependant je peux dire : Continuer la lecture de Sortie de Ubuntu « Lucid Lynx » 10.04 LTS, impressions

Avant Ubuntu version 10.04 LTS, parlons de Ubuntu 9.10

On est à quelques jours de la sortie de Ubuntu 10.04 LTS alias Lucid Lynx. Il serait donc normal de parler de cette nouvelle version, d’autant que je la teste sur une machine virtuelle depuis la beta 1.

Mais avant le 29 avril, date prévue pour la sortie officielle de cette version 10.04, j’ai dire quelques mots sur la version 9.10 (Karmic Koala).

J’en suis tout simplement très content. Elle est pour mon cas, extrêmement fiable, les applications comme OpenOffice ou Nautilus ne plantent pas comme cela pouvait m’arriver rarement dans les versions précédentes. Son mode de mise en veille fonctionne parfaitement, la preuve c’est :

$ uptime
20:09:07 up 20 days, 13:18, 18 users,  load average: 0.04, 0.23, 0.24

Ainsi cela fait 20 jours que je n’ai pas redémarré mon ordinateur portable, ce dernier étant mise en veille au moins deux fois par jour (trajet maison->boulot et vice versa).

Dans les autres petits points : Continuer la lecture de Avant Ubuntu version 10.04 LTS, parlons de Ubuntu 9.10

Un deuxième environnement XWindow distant sur votre poste de travail Linux via SSH

Si vous avez un poste de travail Linux avec XWindow, par exemple Ubuntu Desktop et que vous souhaitez accéder à un autre environnement XWindow complet (c’est-à-dire pas seulement une seule fenêtre X (via un ssh -X), mais bien l’environnement X avec le bureau, la barre des tâches, menus, etc.), le tout en utilisant le service SSH, voici un petit mode d’emploi.

Pour mon cas, j’ai donc un portable Ubuntu Desktop (9.10), et j’ai un autre portable (cela marche aussi avec une machine virtuelle) qui est installé avec la distribution orientée tests de sécurité Backtrack (4 final). Je souhaite avoir l’environnement graphique XWindow de Backtrack (un KDE 3) sur mon poste (un Gnome), tout en gardant mon environnement XWindow/Gnome ouvert… c’est-à-dire conserver mon environnement de travail (thunderbird, firefox, etc..) et basculer sur le mode graphique du portable Backtrack pour lancer des tests de sécurité, et donc sans me déplacer physiquement vers le portable (un bon informaticien est un informaticien fainéant!).

Ouh là ! Je rêve ?! Et bien non, c’est possible : Continuer la lecture de Un deuxième environnement XWindow distant sur votre poste de travail Linux via SSH