20 ans du noyau Linux et ma petite histoire avec Linux

Linux, le noyau qui est utilisé dans bon nombre de distributions GNU/Linux, fête ses 20 ans. Il est sorti en 1991 et on est en 2011 (soit 20 ans donc ;-)).

I'll be celebrating 20 years of Linux with The Linux Foundation!

Pour ma part, j’ai commencé à installer Linux sur un IBM Aptiva 486 SX 25 avec 4 Mo de RAM (mon premier PC) en 1995, j’étais au lycée, le CD était une Slackware fournie avec un livre dont le titre m’échappe. Le noyau Linux était à la version 1.2.3.

A l’époque, je me souviens avoir lu des articles sur Linux dans des magazines, j’en ai parlé à un ami et mentor en informatique (c’est lui qui m’a fait découvrir les dessous de Windows 3.1 : le DOS), il avait 10 ans d’expérience informatique et un bel Amiga (entre autres). Il m’a dit : « Linux, ouais c’est plutôt pour les administrateurs systèmes, les experts informatiques », lui étant plutôt orienté jeu et démo. Il m’en avait pas fallut plus pour que je cherche à l’installer sur mon PC.

Je me souviens, qu’il est relativement « simple » d’avoir un système opérationnel à condition de suivre les étapes. Mais attention, le système opérationnel n’était pas « graphique » comme le Windows, c’était simplement une console. Je me souviens avec douleur, des tests et autres complications pour avoir un système X opérationnel. Là c’était vraiment la galère (de chez galère!).

D’un autre coté, je n’étais pas trop porté sur les jeux sur PC (même si j’ai passé du temps sur Warcraft 2 ou Diablo un peu plus tard), et je peux vous dire que j’étais super heureux d’avoir ses problèmes d’installation. J’ai appris VI avant mes études d’informatiques, le shell, la compilation du noyau Linux (qui prenait environ 1h30 sur mon PC), les joies du dual boot, le partitionnement avec fdisk, l’installation avec succès d’un système X, le gestionnaire de fenêtres FVWM(1et2), le xterm, etc.

Malheureusement, je pense que j’avais quelques attentes importantes en matière d’environnement graphique pour un poste de travail, de logiciels avancés pour l’édition de documents (traitement de texte) ou tableur. Je faisais des études scientifiques avec une option sciences expérimentales qui demandait des rapports d’expériences. A l’époque, au lycée c’était des 386, et il y avait le fameux Word 6.0 (avant le Word 95) pour rédiger mes rapports. Donc d’une part, il n’y avait pas de Word sous Linux en 1995 (à moins de faire du Latex…), et d’autre part, j’avais des études à réussir.

J’ai du donc continuer à utiliser Windows 3.1, puis 95 lors de mes études. C’est grâce à mon stage de fin d’études, j’ai pu pousser encore plus sur Linux. En effet, mon premier stage (qui devenu ensuite mon premier emploi) était dans une société spécialisée dans les technologies Internet, ce qu’était pas courant à l’époque. Il y a avait des Linux partout et quelques Windows NT 3.51 et 4. J’avais de la chance et j’ai beaucoup travaillé sur des serveurs Linux, pour l’administration des services SMTP, POP, FTP, DNS, etc. et aussi des serveurs Apache 1.2/1.3 avec les sites web ayant des scripts CGI en shell ou Perl (j’en ai développé pas mal à l’époque).

J’en avais retenu à l’époque, que Linux c’est génial, mais pour les serveurs, pas pour les postes de travail. Ce n’est que quelques années plus tard, avec l’avenemennt de GNOME, d’OpenOffice, de Thunderbird que j’ai basculé sur GNU/Linux comme poste de travail (et aussi grace à la mauvaise performance de Windows Vista).

Aujourd’hui, d’une part, je travaille sur des architectures de simples à hyper-complexes basées sur des serveurs GNU/Linux (Debian, Ubuntu, RedHat, CentOS) qui sont un véritable gage de robustesse, qualité et performance, et d’autre part, j’utilise tous les jours un poste de travail sous GNU/Linux Debian qui est d’une incroyable stabilité, qui dispose d’une interface graphique efficace (GNOME 2.30) et qui est, à mon sens, vraiment plus simple et libre que Windows.

Pour conclure, je me permets de souhaiter un très très bon anniversaire à Linux (noyau), qui avec la sortie de la version estampillée 3.0 marque ce passage important.

Le mot de la fin, est pour les collègues « informaticiens » à qui ont demandent toute sorte d’assistance sur des problèmes informatiques (genre sa famille, ses amis, des clients, ou collègues non-informaticiens),  et c’est une phrase que j’ai naturellement écrite dans un email, il y a quelques jours :

« J’assure le support de GNU/Linux, malheureusement je n’assure plus le support de Windows, c’est trop compliqué pour moi« .

Voilà, re-Bon Anniversaire Linux, merci à Linux Torvalds d’avoir partagé son noyau à l’époque, et merci à la communauté du noyau d’y participer au plus grand bonheur des utilisateurs comme moi de ce beau noyau Linux.

./

PS. Ma famille proche est passée sur GNU/Linux (Ubuntu) depuis maintenant 2 ans, sinon il n’y avait pas de support 😉

Flattr this!

Un commentaire

  1. Isa dit :

    Bel historique ! Et merci à toi pour toute l’assistance que tu peux prodiguer !